Message Mensuel

Message Mensuel Avril 2017

 

Ce mois-ci, nous célébrerons le moment le plus important, le sommet de notre foi, la passion, la mort et la résurrection de Jésus-Christ, notre Sauveur. Si nous pensons à tout ce qu’a fait notre Seigneur Jésus-Christ pour nous sauver, nous ne pouvons ignorer la miséricorde de Dieu. C’est très présent dans la liturgie que nous célébrons. Le Pape François écrit dans Misericordia et Misera: « Nous sommes d’abord appelés à célébrer la miséricorde. Que de richesses se dégagent de la prière de l’Église quand elle invoque Dieu comme Père miséricordieux ! Dans la liturgie, la miséricorde n’est pas seulement évoquée maintes fois : elle est réellement reçue et vécue. Du début à la fin de la célébration eucharistique, la miséricorde est évoquée plusieurs fois dans le dialogue entre l’assemblée priante et le cœur du Père qui se réjouit quand il peut répandre son amour miséricordieux….. La célébration de la miséricorde divine atteint son sommet dans le Sacrifice eucharistique, mémorial du mystère pascal du Christ, d’où vient le salut pour tout Homme, pour l’histoire et le monde entier. En bref, chaque moment de la célébration eucharistique fait référence à la miséricorde de Dieu.» (5) Nous devons mettre en acte la miséricorde partout et avec tout le monde.

En ces temps qui sont marqués par des difficultés sociales et économiques, des guerres et des divisions au niveau international, nous ne devons pas nous dérober à la réalité, il faut que nous surmontions la tentation de fuir ou de demeurer insensibles face à tant de situations. Bien au contraire, il nous faut discerner et montrer tout motif d’espérance et de solidarité. Depuis le Concile Vatican II jusqu’au Pape François le Magistère nous encourage à lire la réalité dans laquelle nous sommes selon la méthode «voir, juger, agir», nous sommes appelées à donner un témoignage cohérent de notre foi et à consoler la souffrance.

 « Nous avons tous besoin de consolation, car personne d’entre nous n’est exempt de souffrance, de douleur ou d’incompréhension. Que de douleur peut provoquer une parole haineuse, fruit de l’envie, de la jalousie et de la colère ! Que de souffrance entraîne l’expérience de la trahison, de la violence et de l’abandon !... «  Consolez, consolez mon peuple » (Is 40,1) sont les paroles venant du fond du cœur que le prophète fait entendre encore aujourd’hui, afin qu’une parole d’espérance puisse parvenir à toutes celles et tous ceux qui sont dans la souffrance et la douleur. Ne nous laissons pas voler l’espérance qui vient de la foi dans le Seigneur ressuscité. »(ibidem 13)

 

Que la Résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ Vous accorde la paix et la joie, à Vous, à vos familles, à vos organisations et au monde entier. Alléluia!

 

Autres lectures

Misericordia et Misera  5,13

Evangelii Gaudium 198 -201

 

Prière

Psaume 63

Dieu, c’est toi mon Dieu,
Dès l’aube je te désire:
Mon âme a soif de toi;
Ma chair languit après toi,
Dans une terre desséchée, épuisée, sans eau.

Oui, je t’ai contemplé dans le sanctuaire,
en voyant ta force et ta gloire ;
ta fidélité valant mieux que la vie :
mes lèvres te célébraient.

Oui je te bénirai ma vie durant,
et à ton nom, je leverai les mains.
Comme de graisse et d’huile, je me rassasierai;
et,la joie aux lèvres, ma bouche chantera louanges.

Quand sur mon lit je pense à toi,
Je passe des heures à te prier.
Car tu as été mon aide:
à l’ombre de tes ailes j’ai crié de joie.
Je m’attache à toi de toute mon âme,
Et ta droite me soutient.