Décembre 2016

Message Mensuel Décembre 2016

 

Après la clôture officielle de l'Année du Jubilé de la Miséricorde, nous continuons à réfléchir sur les caractéristiques indiquées par le Pape François dans son discours à la Curie romaine en décembre 2015. Cette fois il s’agit de la dernière lettre du mot MISERICORDIA. Les mots correspondants sont fiabilité [affidabilitàet sobriété.

D’après le Pape François « Celui qui est fiable est celui qui sait maintenir ses engagements avec sérieux et crédibilité quand il est observé mais surtout quand il se trouve seul ; c’est celui qui répand autour de lui un climat de tranquillité parce qu’il ne trahit jamais la confiance qui lui a été accordée. La sobriété – dernière vertu de cette liste, mais pas en importance – est la capacité de renoncer au superflu et de résister à la logique consumériste dominante. La sobriété est prudence, simplicité, concision, équilibre et tempérance. La sobriété c’est regarder le monde avec les yeux de Dieu et avec le regard des pauvres et de la part des pauvres. La sobriété est un style de vie, qui indique le primat de l’autre comme principe hiérarchique et exprime l’existence comme empressement et service envers les autres. Celui qui est sobre est une personne cohérente et essentielle en tout, parce qu’elle sait réduire, récupérer, recycler, réparer, et vivre avec le sens de la mesure. »

Dans cette description, je peux voir les femmes de l’UMOFC engagées dans la diffusion de la Bonne Nouvelle, qui travaillent sérieusement avec les autres et toutes seules. Les femmes de l’UMOFC ne sont pas à la recherche de pouvoir, de carrière ou d’une charge spéciale à n'importe quel niveau. Dans le Nouveau Testament, nous sommes semblables à ces «femmes qui ont lutté dur pour l'Évangile ... dont les noms sont écrits dans le livre de la vie» (Ph 4,3). Les femmes de l’UMOFC veulent avoir un style de vie qui exprime leur attention envers les personnes nécessiteuses, les personnes souffrantes, les victimes d'abus, de conflits, de la violence, de la guerre, de la discrimination, dans toutes les parties du monde.

Et comme le Saint Père nous y encourage en Evangelii Gaudium 171:  «  Plus que jamais, nous avons besoin d’hommes et de femmes qui, à partir de leur expérience d’accompagnement, connaissent la manière de procéder, où ressortent la prudence, la capacité de compréhension, l’art d’attendre, la docilité à l’Esprit, pour protéger tous ensemble les brebis qui se confient à nous, des loups qui tentent de disperser le troupeau. Nous avons besoin de nous exercer à l’art de l’écoute, qui est plus que le fait d’entendre. Dans la communication avec l’autre, la première chose est la capacité du cœur qui rend possible la proximité, sans laquelle il n’existe pas une véritable rencontre spirituelle. L’écoute nous aide à découvrir le geste et la parole opportune qui nous secouent de la tranquille condition de spectateurs. C’est seulement à partir de cette écoute respectueuse et capable de compatir qu’on peut trouver les chemins pour une croissance authentique, qu’on peut réveiller le désir de l’idéal chrétien, l’impatience de répondre pleinement à l’amour de Dieu et la soif de développer le meilleur de ce que Dieu a semé dans sa propre vie. »

Les femmes de l’UMOFC veulent être du côté des pauvres et pour cette raison en tant que membres de l’UMOFC nous assumons la sobriété comme un moyen pour démontrer notre attention et notre soin envers celles et ceux qui sont victimes de la mondialisation de l'indifférence. «Soyez miséricordieux comme votre Père est Miséricordieux» (Lc 6, 36): voici notre manière de faire fructifier la grâce reçue pendant cette Année du Jubilé de la Miséricorde pour contribuer à un monde plus juste et plus pacifique.

Autres lectures

EG 209- 216

Doctrine sociale de l’Église 130 – 159

Prière à « Marie qui défait les nœuds »

 Vierge Marie, Mère du bel Amour, Mère qui n’avez jamais abandonné un enfant qui crie au secours, Mère dont les mains travaillent sans cesse pour vos enfants bien aimés, car elles sont poussées par l’Amour divin et l’infinie Miséricorde qui déborde de votre cœur, tournez votre regard plein de compassion vers moi. Voyez le paquet de « nœuds » qui étouffent ma vie.

Vous connaissez mon désespoir et ma douleur. Vous savez combien ces nœuds me paralysent.

Marie, Mère que Dieu a chargée de défaire les « nœuds » de la vie de vos enfants,  je dépose le ruban de ma vie dans vos mains.

Personne, pas même le Malin, ne peut le soustraire à votre aide miséricordieuse.

Dans vos mains, il n’y a pas un seul nœud qui ne puisse être défait.

Mère toute puissante, par votre grâce et par votre pouvoir d’intercession auprès de votre Fils Jésus, Mon Libérateur,  recevez aujourd’hui ce « nœud »…… (le nommer, si possible). Pour la gloire de Dieu, je vous demande de le défaire et de le défaire pour toujours. J’espère en Vous.

Vous êtes l’unique Consolatrice que Dieu m’a donnée, vous êtes la forteresse de mes forces fragiles, la richesse de mes misères, la délivrance de tout ce qui m ‘empêche d’être avec le Christ.
Accueillez mon appel.

Gardez-moi, guidez-moi, protégez-moi. Vous êtes mon refuge assuré.

Marie, Vous qui défaites les nœuds, priez pour nous.