+39 0668400213 - info@wucwo.org - Nous contacter

twitter iconface iconinstagram icon

Homélie du Cardinal Ouellet

ouellet modPendant notre réunion du Conseil 2019 nous avons eu l'honneur de célébrer la messe sur la tombe de Saint-Pierre, dans la basilique Saint-Pierre à Rome, avec le Cardinal Marc Ouellet.

Vous trouverez ci-dessous l'homélie du cardinal Ouellet.

• « Le Christ devait souffrir et ressusciter d’entre les morts pour entrer dans sa gloire »

Chères amies,

Nous venons en pèlerinage à la tombe de Saint Pierre pour être confirmés dans notre foi et fortifiés dans notre témoignage chrétien. Sur les lieux du martyre de Pierre nous sommes aussi confortés par l’enseignement de son successeur le Pape François. Accueillons la grâce de cette rencontre à Rome et rendons grâce pour le don de la foi en ces temps difficiles dans le monde et dans l’Église. « Ne soyez pas bouleversés et effrayés » nous dit Jésus dans l’Évangile : « C’est la paix que je vous laisse, c’est ma paix que je vous donne ». Cette paix du Christ Jésus dépasse infiniment la paix relative que nous pouvons expérimenter dans le monde. Elle est le don gratuit de notre réconciliation avec Dieu et entre nous par l’œuvre de sa mort et de sa résurrection.  

Il m’est arrivé quelquefois de demander au Pape François comment il vivait les moments de fortes tensions que répercutent parfois les moyens de communication sociale. Il m’a répété plusieurs fois : « Vous savez, le jour de mon élection, il m’est entré dans l’âme une paix qui ne m’a jamais quittée ». C’est le charisme du successeur de Pierre. C’est pourquoi il demeure serein en toutes circonstances et ne se laisse pas troubler par les contradictions et les critiques. Son rocher c’est le Christ crucifié et ressuscité, vainqueur de la mort.

Chères amies, vous venez en pèlerinage ici en portant vos intentions, vos besoins et vos luttes. Et vous êtes ouvertes à ce que Rome peut vous offrir d’appui et d’encouragement. Je suis heureux de vous accompagner en cette eucharistie et d’exprimer mon appréciation pour votre engagement au service de la cause des femmes dans le monde et dans l’Église. Je n’ai pas le bonheur de vous connaître beaucoup mais votre présidente sait que votre cause m’est chère et que je partage beaucoup de vos aspirations à ce que la contribution des femmes soit plus reconnue et promue tant dans les familles que dans les milieux de travail et de loisir de même que dans l’exercice de responsabilités publiques.

Nous avons un retard à rattraper dans l’Église pour la reconnaissance et l’intégration des charismes de la femme dans l’animation des communautés chrétiennes et la gouvernance des diocèses. Les capacités d’écoute, de compassion et de service qui sont naturelles à la femme sont des ressources trop négligées et reléguées au second plan dans un monde dominé par des luttes de pouvoir entre les hommes. Il manque une présence féminine plus significative dans les conseils, les synodes, les curies diocésaines ou romaine de même que dans la pastorale de terrain. Cette présence aiderait à assainir l’atmosphère en situations de conflits et à créer une ambiance d’accueil mutuel, de respect de l’autre et de sensibilité aux plus démunis.

L’appel du Saint Père pour une véritable synodalité dans l’Église à tous les niveaux suppose une écoute des femmes et une attention accrue à leurs intuitions et compétences. Nous sommes encore loin du compte pour que la culture ecclésiale se transforme et se laisse imprégner par les valeurs féminines de compassion, de miséricorde et de tendresse et ainsi réussisse mieux l’évangélisation par attraction dont notre monde a besoin. L’Apôtre Paul a dû beaucoup lutter et souffrir pour faire naître des communautés chrétiennes parmi les païens; nous aussi devons continuer la lutte et affermir notre témoignage afin que les préjugés et la discrimination à l’égard des femmes soient surmontées et qu’elles puissent contribuer davantage à l’évangélisation et à la communion dans l’Église.

Il ne s’agit pas pour la femme de prendre la place de l’homme en ce qui lui est spécifique et de rivaliser avec lui en influence. Il s’agit que la femme soit femme et que ses valeurs natives soient affirmées pour qu’une culture de la communion supplante l’esprit de rivalité et de convoitise du pouvoir pour le pouvoir. C’est l’amour qui fait progresser l’Église et qui permet à la femme et à l’homme de s’épanouir. Prions pour que notre manière de promouvoir la femme partout soit inspirée par l’amour et porte des fruits de paix.

En tant que disciples du Christ et missionnaires de son Évangile notre première responsabilité est toujours la communion, le témoignage de l’amour fraternel, de la patience et du pardon, comme au temps des premières communautés chrétiennes qui ont fondé l’Église de Rome.

Chères amies, j’accueille vos intentions et vos besoins dans l’offrande du sacrifice pascal du Seigneur, source de notre paix. Ne négligeons pas la prière car la femme est naturellement contemplative, ouverte à l’Esprit Saint et donc capable de prophétie et d’espérance au service du Royaume. Que la Vierge Marie accompagne chacune d’entre vous en ce pèlerinage aux sources de la foi et qu’elle vous obtienne avec la consolation du Saint Esprit le courage d’aller de l’avant avec persévérance dans la promotion de la cause des femmes et la construction d’une véritable civilisation de l’amour.

 

 

Voix de Femmes

WV49 FRA

Voix des Organisations: témoignage de l'engagement des membres de l'UMOFC sur le thème: "Une planète saine dépend de nous tous". 

Lire quelques extraits

Abonnez-vous à notre magazine

Galeries de photos

galerias

Newsletter de I'UMOFC

newsletterVous pouvez ici rester informés des activités de l'UMOFC en lisant le dernier numéro de notre newsletter. 

Abonnez-vous à la Newsletter

Vidéo Institutionnelle de l'UMOFC

wordcloud FAQ

Suivez-nous sur YouTube

youtube channel