+39 0668400213 - info@wucwo.org - Nous contacter

twitter iconface iconinstagram icon

Art et Meditation - Août 2019

murillo museo lazaro galdiano

Bartolomé Esteban Murillo (Seville 1618 –1683), Sainte Rose de Lima, 1670 environ, cm 145x95, huile sur toile, Madrid, Musée Lazaro Galdiano

Le 23, mémoire de Sainte Rose de Lima.

La sainte, vêtue de la robe dominicaine, à genoux, contemple l'enfant Jésus assis sur un oreiller placé dans le panier à linge et levant sa main gauche vers elle avec un geste caressant, tandis que de sa main droite il semble lui offrir (ou plutôt il est en train de les prendre ?) des roses. De la bouche de l'enfant sort une phrase en latin qui signifie : "Rose, tu seras l'épouse de mon cœur". Sur le sol, à côté du panier, il y a un livre et il y a d'autres roses. Dans le fond, à droite, un bâtiment, sans doute le couvent, précédé d'un rosier.

Née à Lima, capitale du Pérou, alors riche, le 20 avril 1586, dixième de treize enfants, Rose grandit dans une famille noble d’origine espagnole. Son nom de baptême était Isabelle, mais bientôt le nom que lui a donné pour la première fois sa nourrice d'origine indienne, Mariana, est devenu commun : frappée par la beauté de l'enfant, selon la coutume indienne, elle lui a donné le nom d’une fleur “Tu es belle – lui dit-elle – tu es rose”.

Rose a vécu une enfance sereine et aisée. Bientôt, cependant, sa famille subit une ruine financière. Rose a alors aidé la famille dans toutes sortes d’activités, des travaux ménagers à la culture du jardin, en passant par la broderie, pour gagner sa vie.

Dès son plus jeune âge, elle aspirait à se consacrer à Dieu dans la vie cloîtrée, elle lisait quelque chose de sainte Catherine de Sienne et en faisait immédiatement son modèle de vie, tirant les leçons de son amour pour le Christ, pour son Église et pour ses frères indiens. Comme la sainte siennoise, Rose a revêtu la robe du Troisième Ordre Dominicain. Elle avait vingt ans. Elle a créé une sorte de refuge pour les nécessiteux dans la maison de sa mère, où elle a aidé les enfants et les personnes âgées qui avaient été abandonnés, en particulier ceux d'origine indienne.

À partir de 1609, elle s’est consacrée intensément à la prière et à une vie de pénitence. En 1614, contrainte par des membres de sa famille, elle s'installe dans la maison de la noble Marie de Ezategui, où elle meurt déchirée par la privation trois ans plus tard, le 24 août 1617.

Sa réputation de sainteté, déjà grande pendant sa vie, s'est propagée immédiatement après sa mort. En 1668, elle fut béatifiée, deux ans plus tard, proclamée patronne des Amériques, des Philippines et des Antilles, elle fut enfin canonisée le 12 avril 1671 par le pape Clément X, première sainte du continent américain.

Son corps est vénéré à Lima, dans la basilique dominicaine du Saint Rosaire.

La très belle toile du peintre espagnol – un des plus célèbres, à son époque, pour les portraits de saints et de saintes – est pratiquement contemporaine de la canonisation de Sainte Rose et témoigne de la large diffusion de son culte. Nous ne savons pas qui a commandé la toile mais, qu'elle soit destinée à une dévotion privée ou publique dans une église, face à la grande qualité de la peinture et face à l'intention de dévotion évidente du sujet, nous devons penser que Sainte Rose a été très tôt invoquée, priée et regardée comme exemple déjà dans plusieurs endroits, notamment en Espagne.

Voix de Femmes

WV49 FRA

Voix des Organisations: témoignage de l'engagement des membres de l'UMOFC sur le thème: "Une planète saine dépend de nous tous". 

Lire quelques extraits

Abonnez-vous à notre magazine

Galeries de photos

galerias

Newsletter de I'UMOFC

newsletterVous pouvez ici rester informés des activités de l'UMOFC en lisant le dernier numéro de notre newsletter. 

Abonnez-vous à la Newsletter

Vidéo Institutionnelle de l'UMOFC

wordcloud FAQ

Suivez-nous sur YouTube

youtube channel