​+39 0669887260 - info@wucwo.org - Nous contacter

twitter iconface iconinstagram icon 

Art et méditation - Juillet 2021

Rembrandt. La fuite en Egypte. D.Couineau

© Tours, musée des Beaux-Arts, cliché Dominique Couineau

Rembrandt Harmenszoon van Rijn, (Leyde 1606 – Amsterdam 1669), La fuite en Egypte, 1627, huile sur bois, cm 26 x 24, Tours, Musée des Beaux-Arts, don de Mme Benjamin Chaussemiche, 1950. Inv. 1950-13-1

Mois de juillet

Cette représentation de la fuite de la famille de Jésus en Égypte est vraiment unique. La première chose qui nous frappe est la petite taille de l'image. Cela suggère que le peintre encore jeune, au début de la vingtaine, a dû peindre pour un client – laïc ou religieux – qui souhaitait conserver l'œuvre chez lui pour une dévotion privée.

La deuxième chose qui nous frappe, c'est le choix de la mise en scène de nuit. La nuit est le temps des ténèbres, le temps du mal, le temps de l’obscurité. Ce choix ne nous surprend pas, étant donné que Joseph a dû quitter précipitamment sa maison et faire exiler sa femme et son enfant pour éviter la jalousie meurtrière d'Hérode. Les ténèbres qui entourent la Sainte Famille semblent faire référence aux ténèbres beaucoup plus sombres qui gouvernent le cœur de ceux qui n'ont pas l'intention d'accepter la volonté de Dieu et qui mettent le pouvoir et la richesse en premier lieu dans leur vie.

Le troisième élément que l'on peut souligner est la grande luminosité qui émane des figures des personnages et qui contraste fortement avec ce que nous avons écrit précédemment sur l'obscurité. La lumière, précisément parce que la scène se déroule la nuit, devient le sujet principal du petit tableau. Et c’est encore plus accentué à la fois par le fait qu'il n’y a pas pratiquement aucune référence paysagère (seulement dans le coin inférieur gauche il semble y avoir un arbuste à contre-jour) et par l'ombre sombre sur le sol de Joseph, de la jument et de ses deux passagers, à leur droite. La lumière donc, on le sait, dans la tradition chrétienne (mais pas seulement) s'approche de Jésus ("En lui [le Verbe] était la vie et la vie était la lumière des hommes; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas arrêtée " Jean 1, 4-5) et c'était aussi la première parole de Dieu le créateur (Dieu dit :" Que la lumière soit!" Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne et Dieu sépara la lumière des ténèbres. Dieu appela la lumière « jour » et les ténèbres « nuit ». il y eut une soir, il y eut un matin: premier jour" Genèse 1, 3-5 ).

Un quatrième élément nous frappe, c’est la grande pauvreté qui se dégage de la peinture. Joseph est pieds nus, les vêtements sont grossiers, les coiffes des deux époux semblent avoir été faites du même morceau de tissu, les bagages sont réduits au minimum. Certes, il s'agit de pauvreté digne, mais cela nous fait aussi penser à la condition d'extrême nécessité dans laquelle se trouvait la Sainte Famille et dans laquelle vivent encore aujourd'hui tant de personnes qui, comme Marie et Joseph avec le petit Jésus, sont obligées d’abandonner leur maison, leurs proches, leur travail, tout ce qui jusqu'à présent avait garanti leur sécurité.

Petit tableau, celui-ci de Rembrandt, mais qui – aussi grâce à la grande maîtrise du peintre hollandais – est capable d'ouvrir nos cœurs et nos esprits à de grandes émotions et réflexions !

Dieu a aussi révélé à Joseph ses desseins par des songes, de façon analogue à ce qu’il a fait avec Marie quand il lui a manifesté son plan de salut. Dans la Bible, comme chez tous les peuples antiques, les songes étaient considérés comme un des moyens par lesquels Dieu manifeste sa volonté …

Dans le deuxième songe, l’ange demande à Joseph : «Lève-toi; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr» (Mt 2, 13). Joseph n’hésite pas à obéir, sans se poser de questions concernant les difficultés qu’il devra rencontrer : «Il se leva dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère et se retira en Égypte, où il resta jusqu’à la mort d’Hérode» (Mt 2, 14-15).

Pape François, lettre apostolique Patris Corde 3, 8 décembre 2020

 

(Contribution de Vito Pongolini)

Aidez la mission de l'UMOFC

Voix de Femmes

marzo 2021 FRA

Voix des Organisations: témoignage de l'engagement des membres de l'UMOFC sur le thème: "Lisons Fratelli tutti avec les yeux de Marie".

Lire quelques extraits

Abonnez-vous à notre magazine

Pilar Bellosillo

Vidéo Institutionnelle de l'UMOFC

Newsletter de I'UMOFC

newsletterVous pouvez ici rester informés des activités de l'UMOFC en lisant le dernier numéro de notre newsletter. 

Abonnez-vous à la Newsletter

Suivez-nous sur YouTube

youtube channel

wordcloud FAQ

Galeries de photos

galerias